Hillary Clinton : « Nous peronds la guerre de l'information »

Guerre de l’information et dominance informationnelle

Beaucoup ont été surpris, et ont découvert le concept, lorsque le 2 mars 2011 le secrétaire d’état américain, Hillary Clinton, déclara que les États-Unis se trouvaient au milieu d’une guerre de l’information mondiale, et plus surprenant, étaient en train de la perdre.

We are being hurt by al-Jazeera in the arab world.

En 2004, Donald Rumsfeld, alors ministre de la défense, avait déjà accusé al-Jazeera, chaîne qatari créée en 1996, d’encourager les attaques contre les américains et d’être responsable, en déchainant les passions, de la mort de ses soldats. Mais c’était en effet la première fois qu’un responsable politique faisait état aussi clairement et ouvertement de la guerre de l’information. Hillary Clinton visait aussi al-Jazeera, mais désignait également comme ennemis dans cette guerre les nouveaux média russes et chinois.

We are in an information war, and we are losing that war!

Les média américains, ou plus généralement anglo-saxons, ont bénéficié pendant de nombreuses années d’un  monopole sur la diffusion des informations leur donnant, dans le domaine de la guerre de l’information, un avantage indéniable. CNN l’omnipotente était reconnu mondialement comme une référence et ne souffrait que de la concurrence de la BBC. Venant d’une nation, qui avait inondé les chaines de télévision du monde entier d’images de ses « frappes chirurgicales » ou du débarquement de ses troupes pendant la guerre du Golfe, cet aveu était donc surprenant.

Aveu surprenant pour beaucoup mais certainement pas pour Christian Harbulot, cofondateur et directeur de l’Ecole de Guerre Economique. Christian Harbulot, qui a été a bonne école dans sa jeunesse, s’efforce depuis de nombreuses années de sensibiliser la France aux principes de la guerre de l’information ou guerre cognitive et plus généralement aux stratégies de puissance.

Ce constat douloureux signe l’échec de la stratégie de dominance informationnelle américaine. Pas dans sa définition militaire du terme mais dans la définition proposée par François-Bernard Huyghe sur son site, « comprise comme un objectif économique et politique : la gestion du monde par et pour les technologies de l’information » et « synonyme de propagation d’une vision du monde à travers la standardisation et le contrôle des moyens de communication ». 

Bush a envisagé de bombarder al-Jazeera

Les américains en position dominante, aveuglés par cette utopie de la maîtrise totale de l’information et englués dans leurs principes idéologiques voilant difficilement l’expression de leur puissance nationale, avaient sous estimé le combat asymétrique et la réaction du faible dans la guerre de l’information. Une fuite d’un mémorandum « ultra secret » du 10 Downing Street, rendue publique par le Daily Mirror, et reprise par le journal Le Monde, rapportant que George Bush avait évoqué l’éventualité d’une frappe militaire sur le siège d’al-Jazeera au Qatar, illustre bien ce sentiment d’impuissance face à cette prise de conscience tardive. La capacité de mettre en place leur storytelling, et de vendre leur vision de la guerre au monde était remise en question déstabilisait leur diplomatie et compliquait leurs actions sur le théâtre des opérations.

World War III is a guerrilla information war with no division between military and civilian participation

Comme l’explique le général Pichot-Duclos, la mondialisation « des vecteurs de communication a en effet donné naissance à la guerre de l’information ». Les états ne peuvent plus aujourd’hui mettre en œuvre leur puissance de manière classique par l’anéantissement de l’autre mais doivent soumettre l’autre par des approches indirectes. De par son évolution (droit international, justification et sens de la guerre, lignes de front floues, actions au sein des populations, mondialisation, développement des technologies de l’information, communautarisme, opinion publique morcelée, identités nationales moins marquées, états en faillite…) la guerre moderne se joue dans la confrontation psychologique.  

The human family now exist under conditions of a global village. We live in a single constricted space resonant with tribal drums.

Aujourd’hui, une victoire technique militaire, classique expression de la force, n’est plus qu’une bataille. Seule une victoire informationnelle peut permettre de remporter la guerre.  Cette guerre pour les esprits, la guerre de l’information qu’elle soit menée à l’intérieur d’un état, ou entre états, se rapproche plus des techniques de guérilla, petite guerre ou de guerre contre-insurrectionnelle. Elle suppose et implique, contrairement à ce que pouvait laisser penser ou croire la théorie américaine shape the world, une très bonne connaissance des parties prenantes, des populations et une bonne appréhension des risques interculturels.

Comme le formulait déjà en 1898 le général Gallieni, administrateur colonial français, « un pays n’est pas conquis et pacifié quand une opération militaire y a décimé les habitants et courbé toutes les têtes sous la terreur ; le premier effroi calmé, il germera dans la masse des ferments de révolte que les rancunes accumulées par l’action brutale de la force feront croître encore ».  Je laisserai la conclusion à Michel Jan qui constate, dans la préface de La Guerre hors limite – une réflexion stratégique menée par deux officiers chinois – que :

Si nous voulons nous assurer la victoire dans les guerres à venir (…) nous devons mener une guerre affectant tous les domaines de la vie du pays concerné sans que l’action militaire en soit l’élément dominant

 

————————————————————————–

The first casualty of War is Truth!

Cette vidéo trouvée sur le site de David Millian illustre bien la problématique de la guerre des images, la guerre de l’information. Elle illustre également comment al-Jazeera est passé, pour les américains, du clan des « amis », une nouvelle force pour la »démocratie« qui apportait la liberté d’expression dans une région du monde qui en manquait, au clan des « ennemis » qui trouble la diffusion de la propagande américaine et de leurs éléments de langage  :

 Sources de l’article :

Hillary Clinton Declares International Information War – http://voices.yahoo.com/hillary-clinton-declares-international-7986292.html?cat=2
Clinton to Congress: We are losing the information war – http://blog.heritage.org/2011/03/08/clinton-to-congress-we-are-losing-the-information-war/
Rumsfeld : Al-Jazeera Is Causing Deaths – http://www.foxnews.com/story/2004/02/06/rumsfeld-al-jazeera-is-causing-deaths/
La guerre cognitive : L’arme de la connaissance – Ouvrage dirigé par Christian Harbulot et Didier Lucas
The Gutenberg Galaxy : The Making of Typographic Man – Marshall McLuhan
Culture is our business – Marshall McLuhan
Cultural Sharing in a Global Village : Evidence for Extracultural Cognition in European Americans – http://pages.stern.nyu.edu/~aalter/culture.pdf
USA et al-Qaïda : 10 ans de guerre par l’information : http://comfluences.net/2012/09/18/video-usa-et-al-qaida-10-ans-de-guerre-par-li/
Selon le « Daily Mirror », M. Bush a envisagé de bombarder al-Jazira – http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2005/11/22/selon-le-daily-mirror-m-bush-a-envisage-de-bombarder-al-jazira_712792_3222.html
Gagner la bataille conduire à la paix : Les forces terrestres dans les conflits aujourd’hui et demain – http://www.cdef.terre.defense.gouv.fr/publications/doctrine-des-forces-terrestres-francaises/les-documents-fondateurs/ft-01
La guerre hors limites – Qiao Liang & Wang Xiangsui

 

 

One thought on “Guerre de l’information et dominance informationnelle”

Comments are closed.